Comment j’ai vieilli de 11 ans en 2 minutes ou la ménopause précoce

J’ai très longtemps hésité avant de publier ce billet. Par contre j’ai eu besoin très vite de l’écrire peut-être que de rédiger les mots qui vont suivre vont me permettre de les sortir de ma tête et aller mieux plus rapidement.

Je n’étais pas revenue sur le blog depuis bien longtemps. J’ai repris le travail déjà et ça m’occupe bien assez, et le reste de mon énergie je le voue à mes enfants et aux tâches de la maison.

C’est un secret pour personne ou presque, cela fait maintenant plusieurs mois (années ?) que je souhaiterais un autre enfant. Après les douloureux deuils successifs dans la famille cette envie était encore plus forte, peut-être pour conjurer le sort ?
Je m’étais dit pas de stress, pas de calculs, pas d’acharnement. Mais quand on souhaite quelquechose très fort forcément on se donne à fond alors passée la période des calculs de probabilités en tout genre ou de tests divers et variés rien ne venait. (pour la petite info technique, j’ai arrêté tout moyen de contraception en début d’année).
Je me disais que j’étais trop focalisée sur ce projet, qu’il fallait laisser les choses arriver toute seule, que ça finirait bien par arriver…).
Oui mais voilà après 5 mois à attendre j’étais persuadée au fond de moi que quelquechose clochait, que ça n’était pas normal.
J’ai alors pris rdv chez la gynéco qui m’a dit que tout était normal, qu’après 5 années sans cycle (stérilet aux hormones donc pas de règles) il fallait que le corps se remette en place et refonctionne comme avant. Avec quand même un traitement pour faire revenir mes cycles (traitement qu’elle renouvellera une seconde fois). Elle programme également une échographie pour s’assurer que tout est normal.
Arrive le jour de cette fameuse échographie. Je commence la consultation en lui disant que les 2 traitements successifs n’ont pas été efficaces. Apparemment ça arrive mais rien d’inquiétant selon elle.

Elle commence l’échographie et je vois à sa mine que quelquechose l’interpelle.
– «Madame, vous n’avez plus aucun follicule sur les ovaires, vous êtes ménopausée»
– Je me souviens avoir crié « mais je n’ai que 39 ans !!!! »
– « Je suis désolée mais il va falloir abandonner l’idée d’avoir un 5èmeenfant et je vais tout vous expliquer sur les suites de tout ça »

Sonnée, je peine à regagner la chaise et à retenir mes larmes.
S’enchaine tout une série de mots barbares tels des poignards qui s’enfoncent en plein cœur : prise de sang, ménopause précoce, traitement hormonal, ostéoporose, risque d’infarctus, cancer, dépression, fatigue, fractures du col du fémur, le reste je ne l’ai pas entendu, mes oreilles se sont bouchées, les larmes ont jailli…
Une prise de sang a confirmé par la suite ce diagnostic.
J’ai 39 ans et le corps d’une femme de 50 ans, je dois faire le deuil d’un 5èmeenfant, je fais partie du 1% des femmes à qui cela arrive, les premiers symptômes devraient apparaitre d’ici 3 à 6 mois (bouffées de chaleur, prise de poids, fatigue, déficit en calcium etc.).
Ça fait beaucoup à encaisser en quelques jours. Je vous épargne la tentative désastreuse de la gynéco sensée me remonter le moral : « je vous annonce tout ça brutalement et sans scrupules car je sais que vous avez déjà 4 enfants ».
Je vais devoir faire face à la réplique systématique des gens à qui je l’annonce, oui je sais j’ai déjà 4 enfants en bonne santé mais quand on désire plus que tout un enfant peu importe que ce soit le premier, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème
Je vais devoir surmonter l’idée que j’ai de moi désormais, une femme qui n’en est plus vraiment une, qui n’a pas de chance (mais 1% des femmes bordel !!!).
J’ai bien sur regardé sur internet, les causes de la ménopause précoce sont : hérédité, surpoids, celles qui ont eu un traitement par radiothérapie ou chimio, dans mon cas c’est une maladie auto-immune passée inaperçue, qui a fabriqué des anti-corps et a détruit mes ovaires et mes follicules.
Selon la gyneco, j’ai bien fait de faire mes enfants tôt et jeune car si j’avais attendu je n’en aurais peut-être pas.
Je ne connais personne dans la même situation que la mienne mais si j’ai un conseil à donner à quelqu’un c’est que si vous avez envie d’un enfant, allez-y ne réfléchissez pas plus que la normale et consultez même si votre gyneco ou votre entourage vous répète de laisser faire dame nature.

36866232_10157060042964453_8171954078469849088_n

8 commentaires le Comment j’ai vieilli de 11 ans en 2 minutes ou la ménopause précoce

  1. Béné
    9 juillet 2018 at 19 h 10 min (4 mois )

    Coucou Marie, je suis touchée par ton histoire. Et je trouve ça fou le fait que la gynéco ne te ménage pas sous prétexte que tu as déjà 4 enfants. Quel est le rapport, tu es jeune et en bonne santé elle devrait te ménager parce que quelque soit le nombre d’enfants (et l’âge je pense qu’on redoute toujours ce moment) ce doit être une vraie claque et même pire que d’apprendre cette nouvelle. À 14/15 ans la gynéco m’avait dit à ma première consultation qu’avec des ovaires polykystique j’aurais besoin d’aide pour avoir un enfant. J’ai déjà rien compris au truc tout ce que j’ai entendu c’est que je ne pourrai pas avoir d’enfant naturellement sans aide. Ça m’a touchée en plein cœur comme toi j’étais pas prête à entendre ça. J’avais déjà attendu d’être une femme des années par rapport à mes amies. Je ne comprends pas les gynéco. Je trouve d’ailleurs les femmes pires que les hommes en terme d’humanité et de compréhension. J’espère que de l’écrire et d’en parler te soulage un peu. Des bisous, profites à fond de tes vacances.

    Répondre
    • Marie DANJOU
      16 juillet 2018 at 9 h 27 min (4 mois )

      Coucou Béné, merci pour ton message ! Le temps fera son office mais il est clair que cela restera une cicatrice toute ma vie et les symptômes de la ménopause seront là pour me le rappeler c’est moche…
      Je t’embrasse !

      Répondre
  2. Les Petites M
    10 juillet 2018 at 9 h 58 min (4 mois )

    Ton témoignage est très touchant, la ménopause précoce est un vrai choc, quel que soit le contexte. C’est le couperet qui tombe du jour au lendemain, plutôt que de se faire à l’idée doucement en approchant la cinquantaine de ne plus avoir d’enfant…
    Pour d’autres raisons médicales, je ne peux plus avoir d’enfant sans mettre ma vie en danger, j’ai 3 filles certes, mais un petit 4e aurait été un bonheur. J’ai encore du mal à réaliser et accepter.
    Gros bisous et courage pour trouver les ressources dans cette épreuve.
    Marion

    Répondre
    • Marie DANJOU
      16 juillet 2018 at 9 h 32 min (4 mois )

      Hello Marion, je trouve ça triste de devoir faire le deuil d’un nouvel enfant alors qu’on est encore jeune et en bonne santé, surtout qu’on entend de plus en plus le fait que les femmes font leur bébés tard et on nous matraque dans les médias qu’on peut aisément être enceinte après 40 ans tu parles…
      C’est difficile d’apprendre une telle nouvelle lorsqu’on ne s’y attend pas et on tombe de haut alors qu’on était dans l’euphorie d’un nouveau projet bébé !
      Je t’embrasse et merci pour ton message !

      Répondre
  3. monarbremagique@outlook.com
    15 juillet 2018 at 11 h 14 min (4 mois )

    Comme je te comprend moi aussi j ai vécu blanc même chose, pas le même problème mais même résultat et idem pour le manque de tact des gynéco, vous avez 40;ans et déjà 3 enfants, que demandez vous de plus, limite tu as pas à te plaindre, courage , il faut essayer de faire le deuil de cette dernière grossesse

    Répondre
    • Marie DANJOU
      16 juillet 2018 at 9 h 28 min (4 mois )

      C’est fou ça que les gynécos abusent de leur métier pour bousculer les femmes en leur annonçant de tels problèmes ! ça finira par passer mais j’avoue que les annonces de bébé autour de moi me font mal pour le moment…

      Répondre
  4. Ariane
    16 juillet 2018 at 14 h 47 min (4 mois )

    Que c’est dur, le deuil d’un projet et d’un désir d´enfant est brutal, autant que celui de ne pas maîtriser de tels changements physiques. Ma tante elle aussi a été ménopausée très tôt – à peine 33 ans, foutue héréditée – elle a eu une fille dont elle est folle. Aujourd´hui elle a 50 ans, elle est ultra sportive, épanouie, dynamique…ses douleurs articulaires ne l´empêchent pas de faire son métier d´illustratrice. Une page se tourne, je suis certaine que vous pourrez en écrire une nouvelle, magnifique et lumineuse!

    Répondre
  5. Sophie
    23 octobre 2018 at 13 h 49 min (3 semaines )

    Ton article m’a touchée. J’ai fait deux fausses couches avant bb 4. La première j’étais a 3 mois et c’était la veille de l’écho du premier trimestre. J’ai commencé a saigner au travail… Je suis allée aux urgences et la un interne me sort sans ménagement au bout de 3 heures d’attente, « bon c’est une fausse couche faut pas en faire un drame vous avez déjà 3 enfants…., un curetage et ce sera bon »…. J’ai fondu en larmes…. La deuxième fois jour de Noël 2016 une gynécologue me sort  » pas la peine de venir aux urgences pour ça c’est une fausse couche, c’est pas grave..et comme je pleurais d’ajouter « vous en avez déjà 3, de quoi vous plaignez vous »…. Je suis encore effarée de ce manque de tact de personnes professionnelles de la santé… Bon courage à toi. Gros bisous

    Répondre

Leave a Reply